Les oeuvres
Jean-Marie Rouquier, 1929- 2016 
Maire d'Etréchy entre 1977 et 1983 et ancien professeur au lycée Geoffroy Saint-Hilaire à Étampes. « Jean-Marie Rouquier était un homme de culture, un intellectuel très érudit qui a toujours été attaché au patrimoine local."

1990 Pastel (23 x 31 cm)

Yehudi Menuhin
Sir Yehudi Menuhin (plus tard Lord Menuhin of Stroke D'Abernon) est un violoniste et chef d'orchestre américain, né le 22 avril 1916 à New York et mort le 12 mars 1999 à Berlin. Il a passé la plus grande partie de sa carrière en Grande-Bretagne.

Biographie 
Il est l'élève de Louis Persinger, Georges Enesco et Adolf Busch. Reconnu par tous comme enfant prodige, ses premières représentations bouleversent par une maturité et une aisance musicale hors du commun. Il éprouve de grandes difficultés physiques et artistiques causées par un surmenage durant la Seconde Guerre mondiale, mais une pratique attentionnée et l'étude de la méditation et du yoga l'aident à surmonter la plupart de ces problèmes.

En 1962, il crée l'École Yehudi Menuhin à Cobham dans le Surrey. En 1965, il reçoit un titre de chevalier de l'Order of the British Empire. Dans les années 1980, il réalise des enregistrements de jazz avec Stephane Grappelli. En 1985, il bénéficie de la citoyenneté britannique et son titre de chevalier honorifique devient un titre de chevalier. En 1993, il est anobli — life peer titre non héréditaire — en tant que Baron Menuhin of Stroke D'Abernon. Il fonde aussi la Yehudi Menuhin Foundation qui soutient de jeunes musiciens de talent du monde entier. Cette fondation compte parmi ses lauréats des noms aussi importants que Nigel Kennedy, Jorge Chaminé, Trio Wanderer, Claire Désert, Henri Demarquette, etc.

Après l'avoir entendu à un concert (Bach, Beethoven et Brahms : concert des "3 B"), Albert Einstein dit : "Je sais maintenant qu'il y a un Dieu dans les cieux" .Connu pour ses interprétations d'une qualité parfois austère mais d'une profondeur indiscutable, il poursuit ses concerts jusqu'à un âge très avancé. Menuhin a joué, tout au long de sa carrière, un grand nombre d'instruments exceptionnels. La liste de ses instruments avoue une préférence marquée pour les violons de Giuseppe Guarneri "Guarnerius del Gesù" :

Stradivarius 
Soil, de 1950 à 1986, considéré comme le meilleur instrument du monde. Cédé à Itzhak Perlman pour cause d'incompatibilité de caractère. 
Prince Khevenhüller 
Guarnerius del Gesù 
d'Egville 
Pollitzer-Koessler 
ex-Menuhin,ex-Ebersholt, de 1978 à 1984 
Ysaÿe 
Lord Wilton, de 1978 à 1999

2004 Pastel

Henri Grouès, dit l’abbé Pierre, Emmaüs,Hiver 54

« Mes amis, au secours… Une femme vient de mourir gelée cette nuit à 3 heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l'avait expulsée. Devant leurs frères mourant de misère, une seule opinion doit exister entre les hommes : la volonté de rendre impossible que cela dure. Je vous en prie, aimons-nous assez tout de suite pour faire cela. Que tant de douleur nous ait rendu cette chose merveilleuse : l'âme commune de la France, merci ! Chacun de nous peut venir en aide aux sans-abri. Il nous faut pour ce soir, et au plus tard pour demain : 5000 couvertures, 300 grandes tentes américaines, 200 poêles catalytiques. Grâce à vous, aucun homme, aucun gosse, ne couchera ce soir sur l'asphalte ou les quais de Paris. Merci.» Le lendemain, la presse titra sur « l'insurrection de la bonté ». 
Un « juste » ? 
Droit au Logement (DAL)

Bibliographie 
Testament…, 1994, ISBN 2724281039 
Confessions, 2002, ISBN 2226130519 
Je voulais être marin, missionnaire ou brigand, rédigé avec Denis Lefèvre, 2002, ISBN 2749100151 ISBN 2290342211 
L'Abbé Pierre, la construction d'une légende, par Philippe Falcone, Golias, 2004, ISBN 2914475497 
Mon Dieu… pourquoi ? est un recueil de petites méditations sur la foi chrétienne et le sens de la vie il aborde également des sujets d'actualités comme le célibat des prêtres, l'ordination des femmes, le fanatisme religieux, le désir et le sexe, le mariage homosexuel. Il a été rédigé avec Frédéric Lenoir aux éditions Plon, 2005, ISBN 2259201407 
Les droits d'auteur de ses livres vont permettre de finaliser le chantier des 1 500 logements très sociaux dont il rêve.

Il décide de témoigner dans un testament audiovisuel et littéraire. Ce CD, Testament…, ISBN 2227475323, parait le 9 décembre 2005, pour fêter le 56e anniversaire de la Fondation d'Emmaüs. L'abbé Pierre utilise ce support pour y graver des réflexions personnelles, des textes ainsi que des paroles inspirées de passages bibliques. Il affirme « J'ai passé ma vie à prier Dieu pour mourir jeune.» et ajoute avec malice : « Vous voyez c'est raté ! »


Les Chiffonniers d'Emmaüs, 
Fondation Abbé Pierre pour le logement des défavorisés http://www.fondation-abbe-pierre.fr

2005 Huile sur toile L x H = 24 cm x 33 cm (F4)

Florence Aubenas (née le 6 février 1961 en Belgique) est une journaliste française. Elle fut détenue en otage en Irak du 5 janvier au 11 juin 2005.Biographie 
Diplômée du Centre de formation des journalistes (CFJ, promotion 1984), elle a travaillé pour Le Matin et Le Nouvel Économiste, avant d'entrer en 1986 au journal Libération. Elle a couvert de nombreux événements au Rwanda, au Kosovo, en Algérie, en Afghanistan et en Irak, ainsi que plusieurs grands procès en France. C'est ainsi qu'elle s'était fait connaître pour sa couverture du procès d'Outreau, étant l'une des premières à exprimer ses doutes sur la culpabilité des prévenus finalement innocentés. En septembre 2006, elle annonce qu'elle quitte Libération en raison d'un désaccord avec l'actionnaire principal Édouard de Rothschild. Elle rejoint ensuite le Nouvel Observateur.Enlèvement 
Le 5 janvier 2005, elle est enlevée à Bagdad en compagnie de son fixeur, Hussein Hanoun al-Saadi à l'université de Bagdad lors d'un reportage sur les réfugiés de Falloujah. Cet enlèvement survient plus de deux semaines après la libération des journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot, Une polémique a été artificiellement lancée après coup affirmant qu'il y avait consensus (c'est à dire accord tacite générale) des journalistes (des grands reporters certainement pas) pour ne plus aller en Irak. C'est un aspect de la communication d'État sur le dossier. Ce qui est probable, c'est que Florence Aubenas n'était pas ciblée par les ravisseurs. Elle a été enlevée à l'université de Bagdad Jedida alors qu'elle réalisait un reportage sur les réfugiés de la ville de Falloujah qui vivaient dans des tentes sur le campus.


Vidéo du 1er mars 2005 
Une cassette déposée à l'agence Reuters de Bagdad et diffusée le 1er mars par Sky-Italia, fait apparaître Florence Aubenas pendant 26 secondes s'exprimant en anglais.Elle semble très éprouvée par sa détention. La jeune femme déclare notamment que sa santé est très mauvaise. Elle est également très mal au plan psychologique. À la fin de la cassette, elle demande l'aide du député Didier Julia. Il n'est pas fait mention d'Hussein Hanoun.Les témoignages de Christian Chesnot et Georges Malbrunot, journalistes précédemment enlevés en Irak, incitent cependant à la réserve quant à l'interprétation de cette vidéo. Les ravisseurs semblent en effet employer un projecteur de lumière verte afin d'accentuer la fatigue des traits de leur victime, et faire apprendre par cœur le message à donner devant la caméra. Elle a confirmé depuis n'avoir pas inventé le texte, ce qui était de toute façon plus qu'improbable.Les autorités et la famille de Florence Aubenas ont déclaré qu'une autre vidéo (sur support CD-ROM) leur a été remise une semaine auparavant.
En tout, une quinzaine de "preuves de vie" sur CD-ROM, ont été diffusées par le chef des ravisseurs (aux Saoudiens, aux Libyens, aux Syriens, aux Jordaniens, etc. Toutes ont été retransmises par les destinataires au gouvernement français.Soutien 
Des comités de soutien s'étaient constitués durant leur captivité. Après 100 jours, le 15 avril 2005, de nombreux médias s'associèrent au concert de protestations. De nombreuses pétitions furent également lancées.

Libération [modifier]
Un communiqué du ministère des affaires étrangères au matin du 12 juin 2005 annonçait la libération de Florence et Hussein la veille dans l'après-midi, et le retour de Florence en France dans la soirée. Ils furent libérés après plus de cinq mois de captivité (157 jours)Son avion s'est posé peu après 19h15 sur l'aéroport militaire de Villacoublay. Elle est accueillie par le chef d'État Jacques Chirac puis a retrouvé sa famille proche. Elle discutera quelques minutes avec les journalistes venus en nombre pour cette libération attendue.Le contact entre les autorités françaises et les ravisseurs semble bien avoir été établi par l'intermédiaire de Khaled Jasim membre Irakien de l'équipe de Didier Julia le 25 mars (voir Libération du 13 juin, entretien dans le bureau de Pierre Vimont au Quai d'Orsay, Khaled Jasim (à Amman) est alors représenté par Karim Guellaty) et repris par l'intermédiaire de Karim Guellaty le 29 mai.

Officiellement et pour ne pas encourager d'autres enlèvements, la France n'a pas versé de rançon (officieusement, on parle de plus de 15 millions de dollars réclamés par les ravisseurs et de huit millions versés). Le chef de la police criminelle irakienne a déclaré que la France a en effet versé de l'argent aux ravisseurs, dont la seule finalité était l'argent (reportage France 3, 19/20 du 13/02/2006).Selon un article du Times paru sur son site internet le 22 mai 2006, la France aurait versée 10 millions de dollars (7,8 millions d'euros) pour la libération de Florence Aubenas. Le gouvernement français maintient son démenti sur le versement d'une quelconque rançon.

Publications 
La fabrication de l'information. Les journalistes et l'idéologie de la communication., avec Miguel Benasayag, Paris, 1999, éditions La Découverte ISBN 2-7071-3112-1 
La méprise - L'Affaire d'Outreau, octobre 2005, Editions du Seuil ISBN 2-02-078951-5

2007 huile sur toile L x H = 50 cm x 61 cm (F12)

Ce portrait est peint pour remercier Ségolène ROYAL pour sa magnifique campagne. La toile est réalisée avec une interprétation personnelle, d'après la photographie de Dominique ISSERMANN parue dans PARIS Match et qui m'a servie de modèle. Les combats poursuivis par Ségolène ROYAL me touchent et donnent à tous, un espoir pour l'avenir. J'ai été sensible à l'hommage que lui a rendu Bernard Henri LEVY.

2007 huile sur toile L x H = 27 cm x 35 cm (F5)

Lors de l'évocation par la presse télévisée du centenaire de Germaine TILLION, j'ai été touchée par son visage et intuitivement, j'ai voulu en savoir plus. Ma curiosité à été comblée en découvrant dans deux de ses livres « Il était une fois l'ethnographie » et « l'Afrique bascule vers l'avenir », quelles ont pu être les conditions de vie, occultées par mes parents nés en Algérie, venus en France en 1946.

Je suis reconnaissante de son travail d'ethnologue empreint d'humanité et de son analyse lucide de ces populations locales et de métropole. De toutes ses résistances, elle donne une leçon de courage et d'espoir à tous.

"Germaine Tillion, une conscience dans le siècle" 
l'association des amis de Germaine TILLION
Germaine TILLION sur Wikipedia

Huile sur toile collection privée L x H = 50 cm x 50 cm

Des larmes de joie ont accueilli la nouvelle :
Ingrid BETANCOURT est libérée !

C\\\'est un partage d\\\'allégresse avec tous ceux qui l\\\'ont soutenue; l\\\'espoir de la fin de son calvaire a été enfin exaucé.


J\\\'ai mis beaucoup de temps à réaliser la toile d\\\'Ingrid BETANCOURT. Je tenais à restituer au plus près, ce regard empreint de souffrance intérieure qui m\\\'a tant bouleversée, ce beau visage marqué des stigmates de la détention.
Du fond de la jungle où elle est captive, dans une attitude poignante et digne, Ingrid BETANCOURT crie sa détresse et son intolérable privation de liberté.
Elle est vivante !
Après un si long silence, nous pouvons espérer la fin de son calvaire et son retour si attendu.
Si Ingrid BETANCOURT symbolise les otages, nous n\\\'oublions pas aussi Marc BELTRA, étudiant français disparu en décembre 2003 en Colombie et tous les autres à travers le monde.

Ci-dessous, extrait de la lettre d\\\'Ingrid Betancourt à ses proches :

\\\"Je dédie ces lignes aux êtres qui sont mon oxygène, ma vie. A ceux qui me maintiennent la tête hors de l\\\'eau, qui ne me laissent pas couler dans l\\\'oubli, le néant et le désespoir. Ce que vous avez accompli pour nous fait toute la différence: nous nous sommes sentis des êtres humains.\\\"

le livre de Mélanie et Lorenzo Delloye-Betancourt
http://www.agirpouringrid.com/
- La rage au coeur par Ingrid Betancourt